Chalet, «les Gérâts», Arêches-Beaufort (73)

chalet sur 3 niveaux avec dortoir, spa, atelier à skis…

Maîtrise d’Ouvrage Privé
Mission BASE | Avancement Livré (2011)
Architecte mandataire MAAJ ARCHITECTES
Économiste A. Jacq | Entreprise générale Tardy
Coût 638 290 € HT | Surface 237 m²

OBJECTIF
Réinterpréter de manière contemporaine les fermes traditionnelles du Beaufortain en réutilisant les éléments représentatifs des constructions locales : Gabarit traditionnel des fermes, soubassement maçonné, ossature en bois, large bardage vertical bois. Notre mission : éviter les préjugés et les raccourcis souvent apposés à l’architecture contemporaine, créer un lieu où toute la famille peut se réunir et proposer des espaces utilisables en hiver et en été. «Un chapeau et des grandes bottes», c’est la première définition qui nous a été donnée des constructions en montagne. Armés de ces propos pleins de bon sens, nous avons dessiné un projet qui résout cette équation.

PRINCIPE CONSTRUCTIF
Le projet propose de poser un socle en béton sur un radier de fondation, et de le surmonter d’une ossature en bois, support d’un squelette en bois à la trame régulière. L’interstice créé par la seconde peau génère des espaces extérieurs protégés et renforce l’effet de profondeur. À l’image d’une lisière, le filtre intimise les espaces et mêle le projet à la nature environnante. Nous avons choisi d’utiliser le Mélèze comme essence de façades. Ce bois imputrescible ne demande, si on accepte son vieillissement, aucun traitement. Le bardage se patinera et grisera naturellement.

RÉINTERPRÉTATION DES FAÇADES
Nous avons choisi de révéler la structure pour composer la façade. À l’image d’une forêt de Mélèzes, la trame rythme les façades, filtre la lumière, dirige le regard sur la vallée et intimise les espaces de vie. L’essentiel du travail avec l’entreprise a été de contrôler les alignements entre la charpente et la trame de façade afin de créer un écrin protecteur. Les assemblages ont été dessinés pour être les plus «lisses» possible. Le soin apporté à la mise en œuvre permet d’éviter le vieillissement du bois. La pose verticale du bardage nous permet par analogie de nous rapprocher de l’image des fermes d’alpage. Nous voulions à tout prix rester sobres, et fondre la construction dans le paysage rural du Beaufortain.